Vous êtes ici

Collectivités et gens : Rendement de l'industrie

L’initiative VDMD évalue le rendement des minières en matière de relations avec les autochtones et les collectivités, de santé et sécurité et de planification de la gestion de crises. Grâce à l’initiative, les exploitations minières peuvent échanger plus efficacement avec les membres des collectivités avoisinantes pour s’assurer que ces derniers demeurent informés sur les sujets pertinents. L’initiative permet également d’offrir un environnement de travail le plus sécuritaire possible aux employés et entrepreneurs sur les sites miniers.

Relations avec les Autochtones et les collectivités

Pourcentage d'établissements ayant au moins atteint le niveau A, 2006, 2014 et 2015

Aboriginal and Community Outreach - 2016 graph - FR.JPG

Le programme VDMD exige que les installations minières établissent des systèmes formels pour déterminer avec quelles collectivités elles doivent discuter de leurs activités et identifier la meilleure façon de le faire. Un dialogue est nécessaire entre les établissements et leurs communautés d’intérêts, et des systèmes doivent être mis en place pour relever et régler les problèmes et pour tenir le public au courant des activités et du rendement des établissements. Les établissements doivent également publier des rapports faisant état de leur engagement envers les collectivités. 

Au cours des premières années de l’initiative VDMD, la plupart des installations ne possédaient que des systèmes ou processus informels pour assurer la communication avec les collectivités et les Autochtones. Les résultats pour ce protocole sont maintenant très forts : plus de 90 % des installations atteignent au moins le niveau A pour tous les indicateurs.

Faits saillants :

  • 95 % ont adopté un système pour identifier les communautés d’intérêts
  • 97 % entretiennent un dialogue constructif avec leurs communautés d’intérêts.
  • 94 % ont adopté un système de réaction aux préoccupations des communautés d’intérêts.
  • 94 % déclarent publiquement leurs activités de communication et de dialogue. 

Planification de la gestion de crises

Pourcentage d'entreprises et d'établissements qui ont répondu << oui >>, 2006, 2014 et 2015

Crisis Management Planning - 2016 Graph - FR.JPG

Pour la planification de la gestion de crises, les sièges sociaux et les installations affichent un bon rendement lorsqu’ils répondent « oui » pour les trois indicateurs du protocole.

Selon le protocole, tant le siège social que les établissements d’une entreprise doivent élaborer des plans de gestion de crises, et mettre sur pied des équipes de communication pour appuyer la mise en œuvre de ces plans. Les établissements doivent posséder des programmes de communication pour les temps de crise en vue d’alerter efficacement les employés et le public d’une crise et de communiquer les mesures prises et les progrès réalisés.  

Faits saillants : 

  • 86 % disposent d’un plan de gestion des crises.
  • 87 % révisent régulièrement leur plan de gestion des crises.
  • 85 % font des exercices de simulation de crise. 

Santé et sécurité

Pourcentage d'établissements ayant au moins atteint le niveau A, 2012, 2014 et 2015

Safety and Health - 2016 Graph - FR.JPG

Le programme VDMD exige que les établissements désignent officiellement des personnes responsables de la gestion de la santé et de la sécurité et du rendement de l’entreprise dans ce domaine. Ils doivent adopter un système de gestion formel pour éviter tout type d’incident, pour établir des objectifs d’amélioration continue et pour mettre en place un programme de suivi en vue de faciliter la communication des résultats à l’interne et au public. Ils doivent également fournir un programme de formation qui comprend une analyse des besoins en formation, et qui informe et dirige les employés, les entrepreneurs et les visiteurs en matière de risque.

Faits saillants :

  • 94 % ont établi des politiques et pris des engagements en matière de santé et sécurité.
  • Tous les établissements possèdent un système officiel de gestion de la santé et de la sécurité.
  • 97 % offrent des formations sur la santé et la sécurité.
  • 97 % surveillent et déclarent leur rendement en matière de santé et sécurité.
  • 97 % se sont fixé des objectifs de santé et sécurité.