Vous êtes ici

L'AMC se réjouit de l'announce de la création de la stratégie de responsabilité sociale des entreprises du Canada

L’Association minière du Canada (AMC) accueille favorablement l’annonce du gouvernement canadien concernant la création de la Stratégie de responsabilité sociale des entreprises (RSE) pour les sociétés extractives canadiennes présentes à l’étranger. Intitulée « Renforcer l’avantage canadien », la stratégie répond à un ensemble de questions complexes soulevées à l’occasion des Tables rondes nationales sur la RSE du Groupe consultatif, dont le rapport est paru en mars 2007. L’AMC est d’avis que cette stratégie profitera au secteur puisqu’elle clarifie les attentes du gouvernement fédéral en matière de droits de la personne et de bilan environnemental.

« Le gouvernement du Canada a réussi à très bien traiter certaines questions complexes, par exemple les droits de la personne et la sécurité, qui ont été soulevées aux Tables rondes nationales sur la RSE », a indiqué Gordon Peeling, président de l’Association minière du Canada. « Puisque la stratégie est axée sur le développement des capacités, grâce au soutien direct du gouvernement, fourni par l’intermédiaire de l’Agence canadienne de développement international et de Ressources naturelles Canada, mais aussi dans le cadre de l’Initiative relative à la transparence des industries extractives et du Fonds d’affectation spécial de la Banque mondiale, cette stratégie constitue un élément essentiel pour aider les pays à atteindre leurs objectifs sur les plans de la réduction de la pauvreté, et du développement, au moyen de pratiques responsables de mise en valeur de leurs ressources naturelles. »

Par ailleurs, l’AMC accueille favorablement la création du Bureau du conseiller en RSE de l’industrie extractive. Le poste de conseiller permettra tant aux entreprises qu’aux représentants de la société civile de demander l’examen de questions liées à la RSE. « Il est clair que le mandat associé à ce poste ne va pas aussi loin que ce qu’auraient souhaité certains membres de la société civile, mais il va au-delà de celui du Point de contact pour l’OCDE et démontre clairement l’importance des enjeux touchant le secteur de l’extraction », a ajouté M. Peeling.

La nouvelle stratégie du gouvernement prévoit également la création du Centre d’excellence de la RSE et la promotion des lignes directrices sur la RSE reconnues à l’échelle internationale, mesures qui figuraient toutes deux parmi les principales recommandations du rapport du Groupe consultatif. L’AMC se réjouit à l’idée de collaborer avec le gouvernement et les autres parties intéressées à mesure qu’évoluent les enjeux en ce qui concerne la RSE dans le secteur de l’extraction.

L’AMC et ses membres demeurent résolus à appliquer des principes de développement durable dans le cadre du programme de responsabilité sociale de l’AMC, intitulé « Vers le développement minier durable ». Ce programme intègre de nombreuses composantes d’importance, notamment des consultations officielles auprès des parties intéressées externes, la communication publique des résultats quant au rendement et la vérification par des tiers. Les sociétés membres de l'AMC adhèrent à un ensemble de principes directeurs et font état de leur rendement en regard d'indicateurs permettant de mesurer leur performance pour certaines activités précises telles que la gestion des résidus miniers, la consommation d'énergie et la gestion des émissions de gaz à effet de serre, les relations externes et la gestion de crises. Quatre cadres stratégiques sont aussi en cours d’élaboration et portent sur les thèmes suivants : santé et sécurité, extraction minière et peuples autochtones, biodiversité, fermeture de mines. L’AMC examine actuellement les enjeux liés à l’application à l’étranger de son programme Vers le développement minier durable.

L’Association minière du Canada est l’organisation nationale de l’industrie minière canadienne. Ses membres sont des entreprises œuvrant dans les domaines de l’exploration, de l’exploitation, de la fonte, de l’affinage et de la production de matériaux mi-ouvrés.

-30-