Vous êtes ici

Des mesures sont requises pour rétablir la position de chef de file du Canada dans le secteur de l’exploration et de l’exploitation minières

L’industrie minérale et minière fait connaître ses grandes priorités à l’occasion de la Conférence des ministres de l’Énergie et des Mines du Canada

L’industrie de l’exploration et de l’exploitation minières du Canada demande aux ministres de l’Énergie et des Mines, qui sont actuellement réunis à Winnipeg pour leur 73e conférence annuelle, de régler plusieurs problèmes qui ont relégué le pays au deuxième rang, derrière l’Australie, comme destination par excellence pour l’exploitation minière.

La Fédération de l’industrie minérale canadienne (FIMC) a soumis un mémoire, qui contient sept priorités stratégiques dont l’objectif est d’aider l’industrie à relever les défis actuels.
 

  1. Financement du stade exploratoire primaire : La FIMC demande à ce que toutes les régions canadiennes maintiennent et bonifient leurs incitatifs fiscaux. Plus particulièrement, elle demande aux ministres d’appuyer le renouvellement du crédit d’impôt pour l’exploration minière (CIEM) et de maintenir le système des actions accréditives. Ces mesures ont généré des milliards de dollars en investissements au Canada et ont mené à la création de milliers d’emplois dans des régions éloignées du pays.
     
  2. Contexte réglementaire : Les ministres doivent veiller à ce que l’évaluation fédérale récemment annoncée mène à un processus réglementaire efficace, qui garantira la confiance du public, améliorera la compétitivité de l’industrie et attirera les investissements dans le secteur minier dont le Canada a grand besoin. La coordination fédérale-provinciale à cet égard est essentielle, et les provinces sont fortement encouragées à participer pleinement à cette évaluation.
     
  3. Autochtones : La FIMC recommande aux gouvernements d’appuyer les efforts favorisant une plus grande participation des peuples autochtones dans l’industrie, notamment en investissant dans les soins de santé, l’éducation et la formation, les prestations gouvernementales et le partage des recettes provenant des ressources. La FIMC leur recommande également d’étudier et de régler les problèmes relatifs à la mise en œuvre de leur obligation de consultation.
     
  4. Réduction des coûts d’exploitation dans les régions éloignées et nordiques du Canada : La FIMC recommande la création d’un fonds de développement des infrastructures nordiques au sein de la Banque de l’infrastructure du Canada proposée et la mise en place d’incitatifs fiscaux stratégiques pour aider à compenser les coûts d’exploration et d’exploitation élevés dans les régions éloignées du Canada.
     
  5. Changements climatiques, technologies propres et innovation : Le gouvernement fédéral doit investir 50 millions de dollars sur cinq ans dans la stratégie « Vers une exploitation minière sans résidus » du Conseil canadien de l’innovation minière pour atteindre les buts communs de réduction des émissions de GES et des effets sur l’environnement et pour soutenir la transition vers un avenir à plus faible empreinte carbonique.
     
  6. Soustraction de terres à l’aliénation : La soustraction de zones à fort potentiel prospectif à l’aliénation réduit l’attrait du Canada en tant que destination de choix pour l’exploration. La FIMC invite toutes les régions à prendre en compte le potentiel minier dans l’ensemble de leurs processus de prise de décision relatifs à la soustraction de terres à l’aliénation.
     
  7. Accroissement des répercussions de la Conférence des ministres de l’Énergie et des Mines du Canada : La FIMC encourage les ministres des Mines à mener une étude en vue de comprendre comment des réunions semblables peuvent stimuler l’amélioration du rendement des gouvernements et de l’industrie.

Toutes les régions doivent déployer des efforts concertés et soutenus pour rétablir la réputation du Canada comme destination de choix dans le domaine de l’exploration et de l’exploitation minières. La FIMC se réjouit de travailler avec les gouvernements, l’industrie, les collectivités et les partenaires autochtones pour assurer la pérennité et la compétitivité du secteur de l’exploration et de l’exploitation minières au Canada.

CITATIONS :

« Comme l’industrie de l’exploration et de l’exploitation minières ressent encore les effets du ralentissement économique, nous devons prendre les mesures nécessaires pour que les Canadiens puissent profiter des belles occasions qui s’annoncent. Nous travaillerons avec toutes les régions et avec le gouvernement fédéral pour rétablir la réputation du Canada en tant que destination par excellence pour les investisseurs étrangers dans le secteur des minéraux, indique Bob Schafer, président de l’ACPE. Ainsi, tous les Canadiens pourront bénéficier des avantages socioéconomiques substantiels qui découlent de ces investissements. »

« La capacité du secteur minier à demeurer un puissant moteur économique et un employeur de premier plan dans toutes les régions du Canada repose largement sur les décisions prises par les gouvernements canadiens, souligne Pierre Gratton, président et chef de la direction de l’AMC. Il existe des occasions incroyables d’atteindre les buts communs en ce qui a trait au développement socioéconomique, à l’innovation, à la protection de l’environnement et à la consolidation de la position de chef de file du Canada dans l’industrie minière. Nous devons travailler ensemble pour les saisir. »

À propos de l’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs (ACPE)

L’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs (ACPE) est le principal porte-parole de la communauté de l’exploration et de l’exploitation minières. Elle compte plus de 8 000 membres partout dans le monde, qui œuvrent dans tous les secteurs de l’industrie minière. Sa mission consiste à promouvoir une industrie minière durable, dynamique et mondialement responsable. En tant que représentant de confiance du secteur, l’ACPE encourage l’adoption de pratiques exemplaires en matière de performance technique, opérationnelle, environnementale et sociale et de sécurité. L’ACPE est connue mondialement pour son congrès annuel, qui est considéré comme l’événement international par excellence pour l’industrie minière. Au fil des ans, le congrès a attiré plus de 25 000 participants provenant de 125 pays. La prochaine édition aura lieu du 5 au 8 mars 2017, à Toronto. Visitez le site www.pdac.ca pour en savoir plus (en anglais seulement).

À propos de l’Association minière du Canada (AMC)

L’Association minière du Canada (AMC) est l’organisme national représentant l’industrie minière du Canada. Ses membres, qui sont responsables de la majeure partie de la production canadienne de métaux de base et précieux, d’uranium, de diamants, de charbon métallurgique et de pétrole extrait des sables bitumineux, sont présents dans les secteurs de l’exploration minérale, de l’exploitation minière, de la fonte, de l’affinage et de la fabrication de produits semi-finis. Visitez le site www.mining.ca pour en savoir plus. 

À propos de la Fédération de l’industrie minérale canadienne (FIMC)

La Fédération de l’industrie minérale canadienne (FIMC) regroupe plus de 20 associations nationales, provinciales et territoriales qui représentent divers volets de l’industrie minérale et minière du Canada. 

Pour de plus amples renseignements :

Kristy Kenny, Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs, 416 362-1969, poste 233, ou kkenny@pdac.ca.

Jessica Draker, Association minière du Canada, 613 233-9392, poste 225, ou jdraker@mining.ca.