Vous êtes ici

Le budget fédéral 2018 est insuffisant pour améliorer la compétitivité des entreprises canadiennes

L'Association minière du Canada (AMC) a fait part de sa déception quant au peu de mesures visant à améliorer la compétitivité des entreprises canadiennes incluses dans le budget fédéral de 2018.

« La concurrence pour de nouveaux investissements miniers n'a jamais été aussi féroce à l'échelle internationale », a affirmé Pierre Gratton, président et chef de la direction de l'AMC. « Avec le retour de l'optimisme dans le secteur minier international, le Canada aurait intérêt à attirer de nouveaux investissements dans le domaine de la prospection des minéraux, ce qui favoriserait la création d'emplois bien rémunérés pour les Canadiens autochtones et non autochtones de la classe moyenne. Malheureusement, le budget fédéral 2018 offre peu de mesures pour améliorer la compétitivité du Canada, à un moment où la part relative des dépenses d'exploration et les nouveaux projets d'investissement minier sont en baisse, et que notre principal partenaire commercial, les États-Unis, a réduit considérablement ses impôts sur le revenu des sociétés et des particuliers. »

En dépit de ces inquiétudes générales, l'Association accueille favorablement plusieurs mesures liées aux politiques du budget 2018, en particulier celles visant à améliorer la diversité de la main-d'œuvre, notamment :

  • Un meilleur financement des formations de perfectionnement des compétences des Autochtones grâce à la création du Programme de formation pour les compétences et l'emploi destiné aux Autochtones. Celui-ci remplace la précédente Stratégie de formation pour les compétences et l'emploi destiné aux Autochtones, qui a largement contribué à la participation des Autochtones dans le secteur minier canadien;

  • Le financement d'un projet pilote de Subvention incitative aux apprentis à l'intention des femmes, qui vise à encourager les femmes à faire carrière dans les métiers;

  • Le renouvellement annuel du crédit d'impôt pour la prospection des minéraux;

  • Du financement pour soutenir la mise en œuvre de la Loi sur l'évaluation environnementale et la Loi sur les espèces en péril;

  • Du financement pour établir un soutien diplomatique et commercial canadien plus solide en Chine et en Asie.

Les perspectives d'avenir pour la croissance du secteur minier à l'échelle internationale demeurent favorables en raison de la demande de minéraux et de métaux dans les économies émergentes. De plus, compte tenu de la transition mondiale vers un avenir économe en carbone, la demande de produits miniers augmentera puisque ceux-ci sont à la base des technologies à faibles émissions de carbone. La capacité du Canada à saisir les occasions de croissance et à tirer parti de l'avenir sobre en carbone repose sur ses politiques et son contexte fiscal.

L'industrie minière est un important secteur de l'économie canadienne, qui contribue pour 57,6 milliards de dollars au PIB national, et qui a été à l'origine de 19 % de la valeur des exportations canadiennes en 2016. Le secteur minier canadien emploie 596 000 personnes directement et indirectement dans l'ensemble du pays. Proportionnellement, l'industrie est le plus important employeur d'Autochtones dans le secteur privé et un important client des entreprises autochtones.

-30-

À propos de l’AMC

L'Association minière du Canada est l'organisme national qui représente l'industrie minière canadienne. Ses membres, qui sont responsables de la majeure partie de la production canadienne de métaux de base et précieux, d'uranium, de diamants, de charbon métallurgique et de pétrole extrait des sables bitumineux, sont présents dans les secteurs de l'exploration minérale, de l'exploitation minière, de la fonte, de l'affinage et de la fabrication de produits semi-finis. Veuillez consulter le site www.mining.ca.