You are here

Mise à jour du Guide OES pour fournir à l’industrie une norme mondiale en matière de gestion des résidus miniers

L’Association minière du Canada (AMC) publie aujourd’hui la deuxième édition du guide Comment rédiger un manuel d’opération, d’entretien et de surveillance des parcs à résidus miniers et des installations de gestion des eaux (le Guide OES), dont la première mouture était parue en 2013. Par ailleurs, elle a publié la version 3.1 du Guide de gestion des parcs à résidus miniers (le Guide sur les résidus miniers), dont la première édition remonte à 1998 et la troisième, à 2017. La toute nouvelle version propose une orientation plus solide et plus précise qu’avant sur la préparation des mesures d’urgence.

À la lumière des événements qui sont récemment survenus au Brésil, le caractère impératif d’une gestion efficace des résidus miniers ne fait aucun doute. Les éditions révisées du Guide OES et du Guide sur les résidus miniers joueront ainsi un rôle crucial en fournissant une assurance supplémentaire relativement à cet aspect important du processus minier, qui doit se faire de la manière la plus responsable possible.

La gestion des résidus est depuis longtemps une priorité du secteur minier canadien, en plus d’être un élément fondamental de l’initiative Vers le développement minier durableMD (VDMD) axée sur l’exploitation responsable – à laquelle les membres de l’AMC doivent se conformer. S’ils ne sont pas bien gérés, les résidus miniers peuvent présenter des risques pour la santé, la sécurité et l’environnement. Étant donné l’importance capitale de la gestion des résidus miniers, il est essentiel d’examiner et de mettre à jour régulièrement les lignes directrices afin que celles-ci soient efficaces et reflètent les pratiques exemplaires actuelles. Depuis l’an dernier, l’AMC a mis à jour son Protocole de gestion des résidus miniers VDMD, le Guide sur les résidus miniers et le Guide OES. Ensemble, ces documents fournissent une orientation essentielle sur la gestion sécuritaire et responsable des résidus miniers et assurent la fiabilité du processus.

« Notre industrie comprend l’importance de veiller à ce que les résidus miniers soient gérés de la manière la plus efficace possible, et le Guide OES révisé de l’AMC représente une étape importante dans l’amélioration continue de la gestion des résidus. La mise en œuvre combinée du Guide sur les résidus miniers et du Guide OES fournit un cadre complet qui permettra d’optimiser la performance d’un parc à résidus miniers et de gérer les risques », explique Pierre Gratton, président et chef de la direction de l’AMC. « Ces deux documents s’avéreront des outils précieux pour réduire au minimum les dangers et établissent des pratiques exemplaires pour la gestion responsable des résidus miniers partout dans le monde. »

Les versions révisées du Guide OES et du Guide sur les résidus miniers marquent un jalon important du travail accompli dans les dernières années par le secteur minier canadien relativement à la gestion des résidus, en partie en réponse à l’incident survenu à la mine Mount Polley en 2014. Cet événement a servi de catalyseur au secteur pour qu’il redouble d’efforts relativement aux résidus miniers. Dans la foulée, l’AMC a formé un groupe de travail indépendant chargé d’une revue externe. Celle-ci a donné lieu à 29 recommandations, qui ont toutes été mises en œuvre, pour renforcer l’orientation et les exigences de l’AMC en matière de gestion des résidus miniers dans le cadre de l’initiative VDMD.

La deuxième édition du Guide OES propose une orientation plus solide qu’avant sur la rédaction de manuels d’OES propres au site. Elle vise plus particulièrement les objectifs suivants :

  • Fournir un mécanisme efficace pour mettre en œuvre un système de gestion des résidus miniers.
  • Fournir un mécanisme pour atteindre les objectifs de performance en matière de gestion des résidus miniers et gérer les risques.
  • Appuyer la prise de décisions efficace en matière de gestion responsable des résidus miniers.

« La gestion sécuritaire des résidus miniers tient compte de toutes les étapes du cycle de vie, de la conception à la construction, en passant par l’opération, jusqu’aux diverses étapes de la fermeture. Cette deuxième édition du Guide OES est un bon complément à la troisième version du Guide sur les résidus miniers qui a récemment été publiée. Elle va bien au-delà d’un cadre qui ne ferait qu’établir un format normalisé pour un manuel d’OES », affirme Norbert Morgenstern, professeur distingué à l’Université de l’Alberta et autorité reconnue à l’échelle internationale dans le domaine de l’ingénierie géotechnique. « La nouvelle édition met plutôt l’accent sur les aspects essentiels de la gouvernance, des procédures opérationnelles, de la consignation et des contrôles critiques. Comme pour le Guide sur les résidus miniers, cette publication est une contribution indispensable à l’amélioration de la gestion sécuritaire des résidus miniers et mérite une large acceptation. Grâce à la production de ces deux documents, la direction de l’AMC devrait recevoir la reconnaissance généralisée de toutes les parties prenantes qui se préoccupent du bien-être du secteur minier. »

Le Groupe de travail sur les résidus miniers de l’AMC, qui comprend plus de 50 représentants des membres de l’AMC, a procédé à la révision du Guide OES. Collectivement, les membres du Groupe de travail possèdent une riche expérience et une vaste expertise en gestion des résidus au Canada et partout dans le monde.

« Nous sommes extrêmement reconnaissants envers les membres du Groupe de travail sur les résidus miniers pour leur dévouement et leur engagement envers la gestion responsable des résidus miniers, ainsi que pour leurs connaissances, leur sagesse et leur temps, sans lesquels il serait impossible de mettre à jour le Guide sur les résidus miniers et le Guide OES, conclut M. Gratton. Nous sommes persuadés que ces nouvelles normes vont bien au-delà du respect des normes techniques en permettant de veiller à ce que les parcs à résidus miniers adoptent des politiques officielles axées sur la mise en œuvre d’un système de gestion des résidus qui accorde la priorité à la responsabilisation, atténue les risques et, surtout, met l’accent sur la sécurité. »

Pour en savoir plus sur l’orientation et les exigences de l’AMC en matière de gestion des résidus miniers dans le cadre de l’initiative VDMD ou télécharger le Protocole de gestion des résidus miniers VDMD, le Guide sur les résidus miniers et le Guide OES, veuillez visiter le site http://mining.ca/fr/notre-expertise/gestion-des-résidus-miniers.

 

 

Secteur important de l’économie canadienne, l’industrie minière compte pour 97 milliards de dollars du PIB national et 19 % de la valeur totale des exportations canadiennes. Le secteur minier canadien emploie, directement et indirectement, 634 000 personnes partout au pays. Toute proportion gardée, il s’agit du plus grand employeur du secteur privé à embaucher des Autochtones et d’un client important des entreprises autochtones.

 

À propos de l’AMC

L’Association minière du Canada est l’organisme national qui représente l’industrie minière canadienne. Ses membres, qui sont responsables de la majeure partie de la production canadienne de métaux de base et précieux, d’uranium, de diamants, de charbon métallurgique, de pétrole extrait des sables bitumineux et de minéraux industriels, sont présents dans les secteurs de l’exploration minérale, de l’exploitation minière, de la fonte, de l’affinage et de la fabrication de produits semi-finis. Visitez le site www.mining.ca/fr pour obtenir plus de détails.