Les lauréats des prix d’excellence VDMD 2019 de l’AMC célèbrent des initiatives extraordinaires d’excellence environnementale et d’engagement communautaire dans le secteur minier canadien

L’Association minière du Canada (AMC) a décerné les prestigieux prix d’excellence VDMD au programme Tamatumani de la mine Raglan de Glencore et au projet Essakane d’IAMGOLD en reconnaissance de leurs projets novateurs en matière de durabilité. Les entreprises ont reçu leurs prix lors du gala de l’Institut canadien des mines, de la métallurgie et du pétrole, qui avait lieu hier, à Montréal.

« Les prix d’excellence VDMD de l’AMC représentent ce qu’il y a de mieux lorsqu’il s’agit de présenter le travail novateur de l’industrie minière canadienne sur l’innovation en matière d’intendance environnementale et d’engagement communautaire, a déclaré Ben Chalmers, vice-président principal de l’AMC. Nous sommes extrêmement fiers de ce que Glencore et IAMGOLD ont été en mesure d’accomplir, car elles mettent en valeur ce qui est possible et réalisable en matière de pratiques durables et collaboratives dans notre secteur. »

Les prix d’excellence VDMD, qui existent depuis 2014, comprennent le prix VDMD en excellence environnementale et le prix VDMD en engagement communautaire. Pour être admissibles aux prix, les sociétés minières doivent activement mettre en place l’initiative Vers le développement minier durableMD (VDMDMD). L’initiative VDMD est un programme basé sur le rendement dans le cadre duquel les sociétés minières évaluent et gèrent les responsabilités sociales et environnementales importantes, et publient des rapports sur celles-ci.

GAGNANT DU PRIX VDMD EN ENGAGEMENT COMMUNAUTAIRE 2019

Programme Tamatumani de la mine Raglan : Outiller les collectivités inuites et inspirer la prochaine génération

Située au Nunavik, dans le Nord québécois, la mine Raglan de Glencore s’est donné comme priorité d’attirer et de retenir le plus d’employés inuits possible. Pour y arriver, on y a mis sur pied en 2008 le programme Tamatumani (signifiant « second départ » en inuktitut) qui a aidé l’entreprise à augmenter le nombre d’employés inuits de 110 %. Au 31 décembre 2018, 22 % des travailleurs de la mine Raglan étaient Nunavimmiut (Inuits du Nunavik), et ce nombre est passé de 55 en 1998 à 235 en 2018, soit une augmentation de 327 %.

Étant donné que l’industrie minière canadienne devra embaucher environ 100 000 nouveaux travailleurs au cours des 10 prochaines années, il est plus important que jamais d’accroître la participation et de mettre l’accent sur le maintien en poste. Le programme Tamatumani de la mine Raglan vise précisément cet aspect en faisant la promotion du perfectionnement des compétences au sein de la population active des Nunavimmiut.

Créé en collaboration avec des partenaires communautaires, le programme encourage le développement de carrière des employés Nunavimmiut, procure de la formation technique et de base et appuie l’intégration des nouveaux employés inuits. Dans le cadre de ce projet, l’entreprise a créé le Centre d’emploi inuit qui gère l’ensemble du processus de dotation et qui conserve une banque de candidats souhaitant travailler à la mine. Les représentants du centre rendent visite aux collectivités du Nunavut pour s’assurer que les résidents sont informés des postes disponibles.

Bien que le programme Tamatumani ait été conçu pour répondre aux besoins particuliers de la mine Raglan de Glencore, les compétences de base qui y sont acquises sont perçues comme étant novatrices et le programme constitue maintenant la norme pour les autres entreprises du Nord canadien.

GAGNANT DU PRIX VDMD EN EXCELLENCE ENVIRONNEMENTALE 2019

Projet Essakane d’IAMGOLD : Système d’énergie solaire renouvelable novateur au Burkina Faso

Compte tenu de l’énergie nécessaire pour trouver les minéraux et les métaux essentiels aux produits que nous utilisons au quotidien, l’industrie minière canadienne a un rôle à jouer dans la mobilisation des efforts en matière de changements climatiques et d’émissions de gaz à effet de serre. La durabilité et l’exploitation minière ne sont pas deux fins opposées, et de nombreux travaux sont en cours pour déterminer comment l’innovation et les technologies à faible intensité carbonique peuvent aller de pair. Bien qu’il soit facile de reconnaître les occasions d’aider la planète, il peut être difficile de les mettre en œuvre efficacement dans la pratique. Le projet solaire Essakane, dirigé par IAMGOLD, souligne comment les mineurs peuvent établir des relations de travail novatrices avec des partenaires qui partagent les mêmes idées afin de mettre ces idées en œuvre.

Dans la lutte contre les changements climatiques, l’industrie minière doit mettre l’accent sur une consommation responsable de l’énergie, améliorer son efficacité énergétique et explorer de nouvelles options pour remplacer les combustibles et augmenter les énergies renouvelables, dans la mesure du possible. Pour cette raison, IAMGOLD a redoublé d’efforts afin de sensibiliser l’industrie à l’échelle mondiale et locale à ces enjeux en réduisant efficacement son empreinte carbone. Afin d’appuyer au mieux la transition du secteur vers une technologie à faible empreinte carbone, IAMGOLD s’est engagée à mettre au point un système d’énergie solaire renouvelable novateur à la mine dans le cadre de son projet solaire Essakane, au Burkina Faso.

En raison de son emplacement isolé, la mine Essakane d’IAMGOLD, au Burkina Faso, n’est pas reliée au réseau électrique et dépend entièrement d’une centrale thermique utilisant du pétrole lourd. IAMGOLD a décidé de mettre en place des programmes de développement durable dynamiques en partenariat avec Total Eren, un producteur indépendant d’énergie électrique renouvelable à l’échelle mondiale, et AEMP, un entrepreneur et un producteur d’énergie électrique indépendant qui se consacre à l’élaboration de projets axés sur les énergies renouvelables et l’hybridation dans les secteurs industriels en Afrique, dans le but d’ajouter une capacité solaire au réseau électrique existant d’Essakane. Cette solution hybride combine la production photovoltaïque et la production diesel pour fournir une source d’énergie hors réseau fiable qui alimentera Essakane en électricité concurrentielle sans carbone.

Composé de 130 000 panneaux photovoltaïques, le projet solaire Essakane, l’un des plus grands établissements solaires en Afrique subsaharienne, constitue actuellement la plus grande centrale solaire hybride et thermique au monde. Ce projet solaire fait en sorte qu’IAMGOLD peut réduire ses coûts, en plus d’améliorer la sécurité, la fiabilité et ses pratiques de durabilité à long terme. Il contribue non seulement à la lutte contre le changement climatique, mais il a une incidence positive importante sur la communauté locale. Le projet a créé 40 nouveaux emplois permanents et a permis d’aider la chaîne d’approvisionnement locale. Nous estimons que la centrale photovoltaïque compensera environ 18 500 tonnes d’émissions de GES produites annuellement par la centrale au mazout lourd existante. Elle permettra d’économiser environ 52 millions de litres de carburant sur la durée d’une entente d’achat d’énergie de 15 ans. Toutefois, depuis sa mise en oeuvre, pour la période se terminant le 31 décembre 2018, l’usine a dépassé les attentes. Essakane a en effet économisé environ 3,9 millions de litres de carburant et réduit les émissions de dioxyde de carbone d’environ 12 000 tonnes sur sept mois de service.

En assurant une source d’énergie stable et fiable, le projet solaire Essakane a permis de réduire l’empreinte carbone de la mine, d’aider la mine et les intervenants locaux à s’adapter aux changements climatiques et de favoriser la participation des communautés locales tout au long du processus de développement du projet afin que tous puissent profiter de la réussite du projet solaire Essakane.

Pour obtenir plus de renseignements sur les prix d’excellence VDMD et les lauréats précédents, visitez la page www.mining.ca/fr/prix-dexcellence-vdmd.

Secteur important de l’économie canadienne, l’industrie minière compte pour 97 milliards de dollars du PIB national et 19 % de la valeur totale des exportations canadiennes. Le secteur minier canadien emploie, directement et indirectement, 634 000 personnes partout au pays. Toute proportion gardée, il s’agit du plus grand employeur du secteur privé à embaucher des Autochtones et d’un client important des entreprises autochtones.

À propos de l’AMC

L’Association minière du Canada est l’organisme national qui représente l’industrie minière canadienne. Ses membres, qui sont responsables de la majeure partie de la production canadienne de métaux de base et précieux, d’uranium, de diamants, de charbon métallurgique, de pétrole extrait des sables bitumineux et de minéraux industriels, sont présents dans les secteurs de l’exploration minérale, de l’exploitation minière, de la fonte, de l’affinage et de la fabrication de produits semi-finis. Visitez le site www.mining.ca/fr pour obtenir plus de détails.