LA VOIE DE L'INDUSTRIE

MINIÈRE CANADIENNE DEPUIS 1935

L’industrie minière appuie la tarification du carbone pour lutter contre les changements climatiques

L’Association minière du Canada publie ses principes d’élaboration d’une politique sur les changements climatiques

L’Association minière du Canada (AMC) et ses membres, parmi lesquels figurent certaines des plus grandes sociétés minières du pays, ont publié leurs principes d’élaboration d’une politique sur les changements climatiques dans le but de contribuer à l’adoption d’une stratégie pancanadienne pour faire face à cet enjeu de première importance.

« Aujourd’hui, une des plus grandes industries canadiennes se prononce en faveur de la tarification du carbone, qui constitue à ses yeux le moyen le plus efficace de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) et de réaliser des progrès significatifs dans la lutte planétaire contre les changements climatiques, déclare Pierre Gratton, président et chef de la direction de l’AMC. Cet appui à la tarification du carbone est guidé par nos principes d’élaboration d’une politique sur les changements climatiques et repose sur 16 années d’efforts continus déployés par nos membres dans le but de réduire nos émissions grâce à la technologie et à l’innovation et d’accroître notre efficacité énergétique. »

En vue de la mise sur pied d’un régime de tarification du carbone, les Principes d’élaboration d’une politique sur les changements climatiques de l’AMC suggèrent de miser sur les éléments suivants :

  • Tarification du carbone à grande échelle applicable à tous les secteurs de l’économie canadienne.
  • Neutralité sur le plan des revenus, c’est-à-dire que tous les revenus générés par la tarification du carbone devraient être réinvestis dans le développement de technologies vertes afin de faciliter la transition vers un avenir à faible empreinte carbone, ce qui inclut l’adaptation climatique, tout en s’assurant que les industries à forte intensité d’émission et tributaires du commerce bénéficient de conditions équitables.
  • Réponse aux préoccupations en matière de compétitivité et de transfert d’émissions de carbone dans tous les secteurs, afin de prévenir le déclin des investissements, de l’emploi, des recettes fiscales et du commerce.
  • Caractère prévisible et flexible, modelé en fonction de conditions changeantes pour permettre aux consommateurs et à l’industrie de s’adapter et d’assurer un juste traitement des régions.
  • Simplicité, complémentarité et efficacité pour s’assurer que la politique nationale de lutte aux changements climatiques s’harmonise aux plans provinciaux existants en évitant les chevauchements, tout en étant facile à comprendre et à gérer.
  • Soutien au développement et à l’adoption de technologies qui réduisent les émissions au moyen d’investissements en capital, sous forme, par exemple, de partenariats entre le public et le privé.
  • Reconnaissance des mesures précoces pour tenir compte du fait que certaines entreprises ont fait preuve d’initiative dans la réduction de leur empreinte climatique et que plusieurs provinces ont déjà adopté des plans de lutte contre les changements climatiques.

L’AMC a publié son premier énoncé de principes sur les changements climatiques en 2000. Au cours des années suivantes, l’association et ses membres se sont employés à améliorer leur efficacité énergétique et à réduire leurs émissions de GES au moyen de mesures comme l’initiative Vers le développement minier durable (VDMD) de l’AMC, ainsi que d’efforts d’entreprises individuelles. En 2009, l’AMC a souscrit à la politique du Conseil international des mines et métaux sur les changements climatiques, reconnaissant la nécessité d’un effort mondial systématique pour réduire l’ampleur des changements climatiques d’origine humaine et s’adapter à leurs répercussions.

Selon le Centre canadien de données et d’analyse de la consommation finale d’énergie dans l’industrie (CIEEDAC), les émissions totales de GES produites par les mines de métaux et de produits non métalliques en activité au Canada (à l’exception des secteurs du charbon et des sables bitumineux) représentaient 1,1 % des émissions directes et indirectes au pays en 2014 (0,8 % étant des émissions directes). Le CIEEDAC n’a pas accès aux données relatives à l’exploitation du charbon et des sables bitumineux et ne peut donc pas les intégrer aux données sur l’exploitation des produits non métalliques. La même année, la fusion et l’affinage des métaux non ferreux (à l’exception de l’aluminium) étaient pour leur part responsables de 0,5 % des émissions de GES directes et indirectes au pays (0,3 % étant des émissions directes). Comme la majeure partie des GES produits par le secteur minier découle de l’utilisation de combustibles fossiles, la gestion des émissions est intimement liée à celle de la consommation d’énergie.

« Les efforts considérables déployés par l’industrie minière canadienne depuis une vingtaine d’années en vue de réduire ses émissions et de protéger l’environnement témoignent de sa détermination à faire partie de la solution. La lutte contre les changements climatiques et l’atteinte des objectifs d’émissions nécessite un effort mondial concerté, et l’AMC et ses membres sont résolus à participer de façon constructive », affirme M. Gratton.

Documents pertinents :

 – 30 –

À propos de l’AMC

L’Association minière du Canada est l’organisme national qui représente l’industrie minière canadienne. Ses membres, qui sont responsables de la majeure partie de la production canadienne de métaux de base et précieux, d’uranium, de diamants, de charbon métallurgique et de pétrole extrait des sables bitumineux, sont présents dans les secteurs de l’exploration minérale, de l’exploitation minière, de la fonte, de l’affinage et de la fabrication de produits semi-finis. Visitez le site www.mining.ca/fr pour obtenir plus de détails.

Ressources connexes

Communiqué de presse  | 
L’Association minière du Canada (AMC) lance une nouvelle norme, le protocole de gouvernance de l’eau, dans le cadre de son initiative Vers le développement minier durableMD(VDMD), qui contribuera grandement à[...]

Ressources populaires

Guide et manuel  | 
La version 3,1 est une mise à jour de la troisième édition du Guide de gestion des parcs à résidus miniers (ci-après appelé « Guide sur les résidus miniers »)[...]

Histoires minières Canadiennes

Le secteur est un moteur économique majeur de notre économie canadienne et un grand contributeur aux emplois et aux technologies de pointe. Voici nos histoires.

Glencore / Tamatumani

Favoriser l’autonomie des femmes autochtones et inspirer la nouvelle génération Grâce au programme Tamatumani, Vicki Amidlak est devenue la première mineuse de fond inuite de la Mine Raglan du groupe...

Un avenir à faible empreinte carbone

L’innovation. Alimentée par l’imagination, possible grâce à l’industrie minière. Le Canada possède toutes les ressources — métaux, minéraux et produits énergétiques provenant de sources durables — nécessaires pour mettre les...

Subscribe to MAC News

« * » indique les champs nécessaires

Nom

*Indicates a required field

You can unsubscribe from these communications at any time. For more information on how to unsubscribe, our privacy practices, and how we are committed to protecting and respecting your privacy, please review our Privacy Policy.

By clicking submit, you consent to allow The Mining Association of Canada to store and process the personal information submitted above to provide you the content requested.

Inscrivez-vous à notre bulletin

« * » indique les champs nécessaires

Nom

*Indique un champ obligatoire

Vous pouvez vous désabonner de ces communications à tout moment. Pour de plus amples renseignements sur la façon de vous désabonner, sur nos pratiques en matière de confidentialité et sur la façon dont nous nous engageons à protéger et à respecter votre vie privée, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

En cliquant sur soumettre, vous consentez à ce que l’Association minière du Canada stocke et traite les renseignements personnels soumis ci-dessus afin de vous fournir le contenu demandé.